#7 Handicapée, et alors ?

            Je suis née multi-handicaps !!!

Je n’ai pas d’équilibre, je marche avec deux cannes mais je ne peux pas rester debout très longtemps et lorsque je dois parcourir une longue distance je dois utiliser un fauteuil roulant. Je ne vois pas suffisamment… pour passer mon permis… mais pas que.

Bref je suis moi !

            Bon je ne vais pas vous mentir être handicapée n’a pas été et n’est toujours pas simple…

Toutefois, je crois que la période la plus difficile a été l’adolescence. En effet, l’acceptation de soi n’a pas été chose facile. Je me sentais souvent rejetée, seule et incomprise car il m’a été longtemps difficile de mettre des mots sur ce que je ressentais. Mais, comment aurais-je pu expliquer quelque chose que les autres, même mes proches ne peuvent pas comprendre car ils ne sont pas et ne seront jamais à ma place. Les moqueries des autres enfants n’ont pas aidées non plus… car oui, j’ai eu la chance, avec quelques aménagements et une Auxiliaire de Vie Scolaire, (pour ceux qui ne savent pas ce que c’est allez voir sur Google, il vous donnera une meilleure définition que moi) de suivre une scolarité à peu près normale. J’ai même réussi à obtenir mon bac Sciences Techniques du  Management et de la Gestion (si vous voulez quelques explications allez voir Google, il vous expliquera) avec mention bien. Je sais, ça peu paraître un peu débile mais pour moi c’est important de le préciser, et puis je vais vous dire, ça a été tellement la galère pour l’avoir que ça relève presque de l’exploit. J’ai poursuivi mes études avec un BTS Assistant Manager que j’ai également obtenu et au cours du duquel j’ai pu effectuer des stages en entreprise.

            Au quotidien mon  handicap est assez lourd à porter, je vis avec des douleurs permanentes, avec la peur de tomber à chaque pas que je fais. Même si je suis bien entourée, il m’arrive parfois encore de me sentir seule et d’avoir des périodes de mélancolie sans trop savoir pourquoi.

            Aujourd’hui, j’ai quitté le cocon familial (ce qui au départ n’était pas gagné, je dirais même que c’était inespéré) et vivre au quotidien avec un handicap lorsqu’on vit seule, ce n’est pas de la tarte !!! Je dois anticiper la moindre chute pour ne pas risquer de me faire mal. Je dois donc adapter mon environnement, par exemple installer un siège et des barres de maintien dans la douche pour éviter de glisser, ou encore, être vigilante lorsque que je marche pour ne pas tomber. Mais, vivre seule avec un handicap c’est aussi trouver des astuces pour accomplir des tâches banales du quotidien par exemple fabriquer une « perche » avec un bout de bois et un crochet pour ouvrir ma fenêtre ou attraper mon paquet de papier toilette à « deux mètres de hauteur » sur une étagère (ce qui n’est pas évident à attraper lorsque l’on mesure 1m60 de long !!!)

            Bon, soyons un peu plus gai… parce que, même si être handicapée est assez chiant (il faut bien l’avouer), je dois admettre qu’il y a aussi certains avantages comme par exemple ne pas faire la queue à la caisse d’un magasin, ou encore, (moi qui adore visiter des musées), ne pas faire la queue à l’entrée d’un musée… heureusement qu’il y a des avantages sinon c’est pas drôle (je rigole).

            A part ce petit détail du handicap (qui prend quand même une grande place dans ma vie), je suis une personne joyeuse qui a beaucoup d’humour (mais ça vous l’aurez peut-être remarqué), je pense que rire et qui plus est de soi-même m’aide à voir la vie du bon coté. A part ça, j’aime lire, regarder des films et des séries, voyager, visiter des musées ou des monuments historiques, aller au cinéma, aller voir des pièces de théâtre… juste profiter des plaisirs simples de la vie.

            Ah oui j’allais oublier, LE sujet hyper important pour toutes les filles ou presque LES MECS… si la plupart des filles rêvent du prince charmant, de la belle robe blanche lors de leur mariage, de la belle maison, des enfants sans oublier le chien (très important le chien) … bref vivre un vrai conte de fée… moi ce n’est pas mon cas. Pour tout vous dire, je n’ai jamais cherché, et je ne cherche toujours pas d’ailleurs à trouver quelqu’un pour partager ma vie, ma foi, ça arrivera quand ça devra arriver je ne suis pas pressée. Et puis, si un jour, je rencontre le prince charmant, il aura bien du courage parce qu’il faut me supporter (et, croyez moi, je ne suis pas facile tous les jours…).

            En ce qui concerne le mariage… je ne suis pas contre, mais je ne suis pas pour non plus. Pour moi, on peut s’aimer et vivre ensemble sans passer par le mariage. C’est bien, au moins, si un jour je ne m’entends plus avec Mr. Charmant (c’est le nom que j’ai donné à mon futur prince charmant  pour le texte), on se dira au revoir et chacun reprendra sa route. On aura économisé un divorce. Cependant, s’il me fait une demande comme celles que l’on voit dans les films je ne dirais pas non.

            Pour la question des enfants, (soyons un peu plus sérieux) avant de répondre à cette question il faut que vous sachez que mon handicap n’est pas génétique. Cependant, certains handicaps ne se voient pas lors des échographies et ne se découvrent qu’a la naissance (et pour ma part, je ne me vois pas avorter).

Personnellement, je ne me vois pas avoir d’enfants. Je ne voudrais pas imposer mon handicap, ni être un poids à un enfant qui n’aurait rien demandé. Je ne souhaiterais pas non plus  avoir un enfant handicapé, non pas que je n’aime pas les personnes handicapées bien au contraire, mais parce que je sais ce que c’est de vivre avec un handicap au quotidien, je connais les difficultés quotidiennes que l’on peut rencontrer lorsque l’on est handicapé : la scolarisation, l’acceptation de soi, le regard des autres, les moqueries… et j’en passe !

Malheureusement ou heureusement pour eux, (ça c’est à eux de juger) je suis née handicapée. Mes parents n’ont donc pas eu d’autres choix que de m’accueillir comme j’étais, et j’ai eu de la chance ils m’ont gardée (je rigole, je sais, c’est une blague de mauvais goût mais que voulez-vous, j’ai un humour pourri). Élever un enfant handicapé n’est pas chose facile au quotidien. Même si, je trouve qu’ils s’en sont remarquablement bien sortis malgré toutes les difficultés qu’ils ont pu rencontrer, que je les aime, et que je ne les remercierais jamais assez pour l’éducation qu’ils m’ont donné afin que je puisse devenir la jeune femme que je suis aujourd’hui, je ne pense pas être aussi forte qu’eux pour faire le même parcours.

Moi, contrairement à mes parents qui n’ont pas eu le choix, J’AI le choix et je ne voudrais pas que mon enfant, au risque qu’il soit handicapé, ait à vivre ce que j’ai vécu et ce que je vis au quotidien. Je choisis donc de ne pas avoir d’enfants mais ce n’est pas pour cela que je ne peux pas être heureuse !!

            Bref, je terminerais par ces quelques mots.. être handicapée est difficile à vivre au quotidien mais c’est grâce à ce handicap, je dirais même cette petite imperfection, que je suis devenue la jeune femme de 22 ans qui vous écrit aujourd’hui. Je suis fière d’être qui je suis. Je veux profiter de la vie, vivre chaque moment intensément parce que  la vie est belle et qu’elle vaut la peine d’être vécue… alors soyons heureux et profitons de la vie !

Un commentaire sur “#7 Handicapée, et alors ?

Les commentaires sont fermés.